Une histoire de bancs…
Vous les avez aimés, vous les avez testés, vous y avez flâné peut-être, mais vous êtes-vous posé la question : d’où viennent les « bancs urbanature » ?...

A l’origine, ces bancs ont été pensés dans le cadre de l’installation des bornes wifi au centre-ville par Monsieur Pierre Maudet, alors Conseiller administratif. Le mandat était clair : construire trois bancs sur mesure pour que les passants puissent profiter confortablement des nouvelles bornes wifi de la Ville de Genève.

Madame Vodoz, architecte au service du LOM raconte : « Pour répondre au mandat qui nous était confié dans un délai court, nous souhaitions donner à ces bancs une forme ressemblant à une vague, une onde, pour faire référence au wifi. Finalement, après une première esquisse, nous en sommes arrivés à ce résultat : une paramécie. » Dessinés et montés sur mesure par le LOM, ces bancs sont réalisés en bois de frêne. Une structure de métal sous-tend cette forme originale qui au final ne pèse qu’environ 100-120kg. Trois jours sont tout de même nécessaires pour réaliser un banc.  

Lors du lancement d’urbanature, ces trois bancs wifi alors stockés dans les locaux du LOM, ont trouvé une seconde vie. Relooké par un revêtement style gazon, les bancs wifi ont fait peau neuve et se sont multipliés jusqu’à vingt. Ces vingt bancs sont venus agrémenter les six Places au Sud. Ces places ont été choisies pour végétaliser et repenser des zones parfois trop grises de la ville du printemps à l'automne.

Madame Vodoz témoigne : « Ce qui est impressionnant avec ces bancs c’est l’attrait qu’ils ont. A peine posés les passants, adultes comme enfants se ruent dessus ». Il faut dire que leur forme originale et conviviale dans un environnement agrémenté d’essences méditerranéennes est une vraie incitation à la détente.

Au fil des mois, ces bancs sont devenus de véritables icônes du programme. Programme, rappelons-le, voué à améliorer la qualité de vie de toutes et tous certes, mais aussi à amener la nature en ville, à resserrer le maillage de verdure.

A tester sans modération dès le printemps prochain.